• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.




Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers
Université buissonnière




Sociologie(s) publique(s) ?





Fragments du monde

"Fragments du monde" interroge et réaffirme le paradoxe de notre appartenance à un seul et même monde, un monde commun qui s’impose à nous, mais aussi un monde composé de multiples fragments, dispersés et interconnectés, un monde pluriel que l’on doit partager, un monde à parcourir en laissant des traces, en en suivant d’autres, un monde traversé de fragments de mémoires, de récits, qui glissent sur d’autres, qui dialoguent et qu’il importe de raconter.
"Fragments du monde" souhaite stimuler des écritures repérées dans de multiples situations de rencontres et encourager la production de textes découverts aux détours d’ateliers, conversations, échanges sur des terrains d’enquêtes ou dans des espaces pédagogiques .
"Fragments du monde" souhaite accueillir les essais, travaux et chapitres de chercheurs, d’étudiants, d’artisans et producteurs de connaissances issues d’enquêtes sociologiques, anthropologiques, historiques, philosophiques, centrées sur une analyse, un problème, une expérience, contribuant à une compréhension critique du monde auquel nous participons.

Trois idées gouvernent "Fragments du monde" :
Ignorer les spécifications disciplinaires qui limitent l’intelligence des phénomènes au nom de la préservation de l’académie
Récuser la logique autoritaire qui exige des titres pour participer à la co-construction du savoir
Défaire le partage des savoirs académiques et des savoirs profanes qui discréditent ceux-ci en légitimant ceux-là

Penser et comprendre, voilà l’affaire de "Fragments du monde", de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer !

0 | 10

Publié dans
Fragments du monde

par Claudia Girola

10 février 2020
Pour un journal collectif des expériences quotidiennes en des temps tumultueux. 1. Sur la ligne 13


Les récits des expériences quotidiennes ne semblent pas avoir droit de cité dans la plupart des espaces de parole, même dans les assemblées et piquets de grèves où ce sont souvent les grandes déclarations politiques qui peuplent les différentes interventions.. Ils sont considérés comme de simples « anecdotes » et donc réduits à des non-événements, à des histoires dépourvues de force explicative, dénuées de sens politique, des récits sans importance qui ne serviraient qu’à amuser ou remplir les silences d’une rencontre inattendue… Nous savons pourtant que les sens de nos vies et de nos actes individuels et collectifs ne naissent pas uniquement dans les grands événements qui marquent nos cycles de vies ou notre histoire collective mais aussi et particulièrement dans ces scènes quotidiennes, apparemment accessoires et de l’ordre de l’impondérable.
Aujourd’hui je m’adresse à vous toutes et tous pour vous inviter à écrire une sorte de journal collectif où on partagerait les expériences quotidiennes de ces temps tumultueux, expériences que nous risquons, en raison de leur caractère éphémère, de perdre dans l’oubli pour toujours, malgré le trop plein de sens en elles contenues.
Et pour commencer, vous verrez le récit de mon trajet pour rentrer chez moi par le métro sur la ligne 13...

Publié dans
Fragments du monde

par France Ferrieux

9 février 2020
Pour un journal collectif 2. Covoiturage non-sollicité


Dimanche de janvier double 20,
Ratp trafic raconte qu’il n’y aura pas de métro du tout pour que ma fille puisse arriver à son boulot avant 9h du matin. 10 kms à pied, ça devrait prendre 2h et 17 minutes, d’après l’application Plan. Alternative ? n’est prévu qu’un bus aux horaires extrêmement aléatoires, qu’il faut aller prendre à seulement 1,5 km. Uber et consorts « dépanneurs » commencent à coûter un peu trop cher, en particulier le dimanche...

Publié dans
Fragments du monde

par Première partie. Tagada/Together

9 décembre 2019
Récits de Palestine. Construire, reconstruire, résister


Ce témoignage a été écrit à l’issu d’un voyage en Palestine, autour d’une mission « cueillette des olives ». En partant, on s’engage au retour à témoigner. On s’engage aussi à ne pas nuire. C’est pourquoi – parce qu’il sera publié sur internet – il n’y aura dans ce texte ni description de personnes, ni photos de ces personnes, ni les vrais prénoms. Dans son autobiographie, Frederick Douglass, qui était esclave américain au XIX° siècle, explique comment des militants abolitionnistes blancs, en racontant ce qu’ils faisaient pour aider les esclaves à fuir, empêchaient, de ce fait, d’autres esclaves de fuir. Ils informaient en exposant leurs stratégies, ceux qui ne devaient surtout pas être informés : les autorités, les propriétaires d’esclaves. En Palestine, faire appel à des internationaux pour la cueillette des olives représente une prise de risque : celui en premier lieu de ne plus pouvoir accéder à sa terre. Ne pas faire appel aux internationaux est aussi un risque : risque d’agression notamment en accédant à sa terre. Les Palestiniens choisissent leurs prises de risques dans le cadre de leur résistance mais nous avons la responsabilité de ne pas en ajouter. Si donc témoigner est un devoir, il est important d’avoir conscience du risque de l’écrit , particulièrement sur internet, et donc de choisir ce qu’on raconte. Je ne parle presque pas des militants parce que c’est un témoignage sur les conditions de vie des Palestiniens et non sur le militantisme. C’est une histoire palestinienne et c’est donc un choix de ne pas mettre les occidentaux en scène, qui eux sont – dans ce cadre – au service des Palestiniens, dans le cadre de leur mouvement de résistance.

Publié dans
Fragments du monde

par Lorraine Ory

2 décembre 2019
Louise, les silences de la résistance

Louise a 86 ans et vit dans un EHPAD, un établissement pour personnes âgées dépendantes. Je l’ai rencontrée sur proposition de sa fille . L’histoire de ma rencontre avec Louise exigeait d’être écrite. La voici.

Photo de Leonardo Antoniadis

Publié dans
Fragments du monde

par Gregory Duquesnoy

28 novembre 2019
Incursions ethnographiques aux audiences correctionnelles du tribunal de Senlis


Gregory Duquesnoy avait 45 ans.Nous avions fait une recherche sur le « bien boire, trop boire » en 2005- 2007, enquête de terrain qu’il sut mener à bien, avec de très nombreuses notations dans les tribunaux, dans les centres de cure, dans les opérations policières d’arrestation sur la route. Sa passion pour les situations extrême d’alcoolémie le conduisit dans un centre d’alcoologie pour étudier de près les méthodes d’aide, les relations thérapeutiques et tous les points de résistances manifestés par les patients. Tout ce travail aboutira à sa thèse : « Trop boire : les mise au secret de l’excès » en 2005. Gregory ne voulait pas concourir sur des postes. Il craignait les épreuves de ce genre. Alors il occupa plusieurs postes de formateurs à l’IPESUP et à l’institut catholique à Paris.
Emotions trop denses envers ses enquêtes sur le trop boire ? Stationnement trop long ? Ces excès tant observés ont ils débordé ? Nous ne le savons pas. Nous savons simplement que sa mort tragique ressemble à ce qu’il avait étudié. Aujourd’hui nous revenons sur ce qu’il écrivait. Des notations très sensibles que nous vous donnons à lire tandis que toutes nos affectueuses pensées vont à son fils.
(Catherine Deschamps, Jean-François Laé, Bruno Proth)

Publié dans
Fragments du monde

par Nataly Camacho Marino

30 septembre 2019
De l’autre côté. La fumée des morts


Pour que les légendes urbaines prennent leur vraie dimension, celle d’histoires qui marquent profondément les imaginations, il faut avoir pris le temps de les écouter in situ, là et quand elles se racontent, et en l’occurrence dans les bas-fonds de la ville de Bogota, dans les enclaves où se trafique et se fume le Bazuco, dans le chaudron où mijotent les pires des mensonges et les plus affreuses des vérités.

Publié dans
Fragments du monde

par Alain Tarrius

20 décembre 2018
Installations de retour de transmigrantes du sexe. De la soumission esclavagiste à la création d’entreprises locales

"Pourvoyeuses de plaisir devenues entrepreneuses" du Levant aux terres d’Ovide .... témoignages qui dévoilent des vies, des routes (des chemins cosmopolites ?) et leurs détours, sans exotisme. Récits sans détours de traversées héroïques. Histoires à plusieurs voix, pudiques, qui retracent des itinéraires épiques.
" Je ne connais pas l’avenir, mais il m’a fallu une année pour oublier les violences vécues de mes origines, en Serbie à mon travail en club, et je suis bien, nous sommes bien : tous les jours je découvre que j’aurais pu avoir une autre vie avec l’impression que mes façons de voir les gens changent sans arrêt." Irina

Publié dans
Fragments du monde

par Soaz Jolivet

14 octobre 2018
Récits sensibles autour d’un graffiti


Le graffiti est massif. Il remplit le mur. En nuances de noir et de gris, il contraste avec l’herbe grasse que jonchent de vieilles palettes de bois fracassées.

Publié dans
Fragments du monde

par Annette Vazel

30 septembre 2018
Les couteaux

Lucienne appuie lentement sur le bouton de la petite cafetière achetée à Leclerc il y a six mois. Il va décidément falloir la changer, cette cafetière. Elle n’a pas coûté cher mais elle coule tout le temps. Fabriquée on ne sait pas où, par on ne sait pas qui, pour un salaire de misère, alors que la plupart des jeunes qu’elle croise dans le quartier n’ont manifestement pas de boulot ; à moins qu’ils n’en cherchent pas vraiment non plus...

Publié dans
Fragments du monde

par Sophie Lamotte

30 septembre 2018
Histoires d’école. Le plus beau métier du monde

« Merci… Merci de venir… C’est bien, d’avoir de l’aide pour les enfants. C’est difficile toute seule les enfants. J’en ai marre. Je suis fatiguée. C’est fatigant les enfants hein ? Moi ça me fatigue tout ça. Bon, Souad, elle change. Elle travaille toute seule à la maison. Là, elle a décidé d’apprendre ses tables de multiplication, par cœur..