• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.


Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers
Université buissonnière




Sociologie(s) publique(s) ?




Dernières publications


Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Philippe Ayrton, Candice Desprez, Sandra Gornouvel, Seongwoo Kang & Pénélope Protat

8 juillet 2019
Fac après Bac

Les présents textes ont été écrits dans le cadre d’un cours d’expression française commun à tou-te-s les étudiant-e-s de première année. Le but originel était de leur donner l’occasion d’écrire en dehors des normes universitaires qui peuvent parfois agir comme autant de camisoles intellectuelles et créatives. La seule consigne donnée était le sujet : écrire sur leur passage entre lycée et université. Néanmoins, c’est avec plaisir que certain-e-s, tou-te-s redoublant leur L1, se sont affranchi-e-s de celle-ci pour décrire les difficultés rencontrés l’année précédente. D’un simple exercice d’écriture, iels en ont fait un véritable projet étudiant en faisant de ce recueil de textes une sorte de "manuel de survie" à distribuer aux futur-e-s étudiant-e-s prouvant, si cela était nécessaire, qu’iels ne manquent pas d’envie, de motivation ou d’idée lorsque le plaisir n’est pas sacrifié sur l’autel de la pédagogie. 
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Maxence Hector, Angélique Naël & Mamadou Oury

8 juillet 2019
Les trois "Je"

"Être trans", "Parcours d’immigré", "Volcan des consciences" : Trois « je » nous sont offerts dans ces trois travaux des étudiants de sociologie de l’université Rennes 2. Le premier est celui d’un récit de famille qui interroge les formes de réception de la transexualité dans l’univers familial proche. Le second est un « je » mosaïque reconstruit à partir des expériences racontées par des jeunes migrants guinéens et les points les plus saillants de ces parcours sont rapporté dans ce récit à la 1ère personne. Le dernier « je » est celui d’un « qui suis-je ? » et raconte comment les événements de vie construisent la conscientisation de son parcours.Trois textes bien différents mais tous écrits à la première personne par des étudiants qui ont choisi de publier leur texte en leur nom.
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Nolwenn & Klervi

8 juillet 2019
Maisons

Aller « sur le terrain », décrire, interroger, discuter pour tenter de comprendre, dire et écrire les mondes sociaux. C’est à cette expérience que se sont prêtées Nolwenn et Klervi qui sur le mode du récit, nous font part ici de ce qu’elles ont vu, entendu, compris, pensé comprendre de cette « maison pour les femmes » qu’elles ont découvert cette année. Récits à la première personne et morceaux de récits de vie, récits descriptifs ou hypothétiques, récits analytiques, ancrés toujours dans l’expérience du chercheur en train de chercher et de celle des personnes rencontrées.
Publié dans
Écritures ordinaires

par Annick Madec

12 mars 2019
Rideaux ! Extérieur nuit.

Parfois des textes en appellent d’autres et se rappellent à notre souvenir. C’est le cas de celui-ci, écrit par Annick Madec en 1992. Ce texte fait écho à celui intitulé "Les rideaux" écrit en 2019 par Sophie H., précédemment publié dans cette rubrique. Que les fenêtres soient dotées de rideaux ou non, qu’ils soient doubles ou translucides, qu’ils proviennent des quartiers pavillonnaires ou impopulaires, qui observe qui ? qui se protège de qui ? et finalement qui parle sur qui ?
Publié dans
Écritures ordinaires

par Fabien Deshayes et Jean-François Laé

7 mars 2019
"Si vous me respecter, respecter mes secrets. Ne pas ouvrir"


Le carnet orange sur lequel sont inscrits ces mots vient d’un magasin Point P qui vend du gros matériel de chantiers et des appareils sanitaires. (...) Sur la couverture, autour du point P, les mots n’ont aucun sens. On a beau dix fois les relire, c’est le vide. On peut donc abandonner là l’objet trouvé. Ce n’est que si l’on se décide à l’ouvrir que les lettres et les mots prennent sens : en fait l’auteur fait un jeu de mot.
Publié dans
Autour du travail

par Louis Theillier

26 février 2019
Johnson m’a tuer


« j’ai décidé dès le premier jour de passer à l’action à ma manière en retranscrivant ce qui se joue dans l’usine en crise ». Cette phrase résume la volonté de Louis Theillier de raconter son usine en lutte par le biais de la bande dessinée. Rassemblés autour de ce projet, c’est une autre manière pour les travailleurs de vivre ce moment particulier et de créer de la solidarité.
Publié dans
Autour du travail

par Paule Chaumage

24 février 2019
Liencié "à l’amiable" !

Il est sorti de ce bureau directorial hébété. Sonné. KO debout. C’était un mardi. Son chef lui avait pourtant bien dit : « Ne t’inquiète pas, tu ne seras pas licencié. »
Publié dans
Écritures ordinaires

par Millendall

7 février 2019
Hommage à grand-père Jo


L’histoire de grand-père Jo, cheminot, marcheur, taiseux, amateur de lectures, de conférences, et de ping-pong, racontée par sa petite-fille.
Publié dans
Écritures ordinaires

par Sophie Hellegouarch

7 février 2019
Les rideaux


Là sur les marches de l’escalier, je vous observe à travers les carreaux jaunis des portes. Je les ai toujours trouvées moches d’ailleurs, ces portes marrons avec ces carreaux jaunes. Couleur fumée de cigarette.
Publié dans
Fragments du monde

par Alain Tarrius

20 décembre 2018
Installations de retour de transmigrantes du sexe. De la soumission esclavagiste à la création d’entreprises locales

"Pourvoyeuses de plaisir devenues entrepreneuses" du Levant aux terres d’Ovide .... témoignages qui dévoilent des vies, des routes (des chemins cosmopolites ?) et leurs détours, sans exotisme. Récits sans détours de traversées héroïques. Histoires à plusieurs voix, pudiques, qui retracent des itinéraires épiques.
" Je ne connais pas l’avenir, mais il m’a fallu une année pour oublier les violences vécues de mes origines, en Serbie à mon travail en club, et je suis bien, nous sommes bien : tous les jours je découvre que j’aurais pu avoir une autre vie avec l’impression que mes façons de voir les gens changent sans arrêt." Irina
Publié dans
Autour du travail

par Pierre Ramine

17 novembre 2018
Chronique de Travail intérimaire


À travers Chronique de travail intérimaire, Pierre Ramine dessine et raconte les rapports de force qu’une personne précaire peut connaître tout au long de son parcours, au travail, face aux institutions. Malgré des situations semblables, certain-es acceptent, d’autres résistent avec le peu de marge de manœuvre qu’ils et elles ont. Cela donne à repenser ce qu’est le travail et particulièrement sous sa forme salariée à travers notamment les choix que nous faisons entre travail contraint et activité choisie.
Publié dans
Écritures ordinaires

par Le voisin d’en face

17 octobre 2018
Au jour le jour


La dame d’en face a recommencé. D’un geste à la fois vif et nonchalant (sa main est restée en l’air après le jet, cinq, dix, quinze secondes), elle a jeté ses affaires sur le parking devant l’immeuble, jonchant l’asphalte de livres neufs, de boites de médicaments, d’une éponge et d’un ours en peluche...
Publié dans
Autour du travail

par Nicolas Le Roy et Damien Roudeau

14 octobre 2018
Le ciel vu des cales


Ça fait trois saisons que je bosse pour la Pen Ar Bed.
J’y suis matelot cuistot.
Pour la première fois, l’armement me fait embarquer sur le Molenez, le bateau des "balèzes"...
Publié dans
Lectures buissonnières

par Jean-François Laé

14 octobre 2018
Une fille en correction (Extraits)


Tout débute après la seconde guerre mondiale.
Dès sa naissance en 1946, le tribunal pour enfant d’Avignon suscite une poignée de frêles rapports, souvent quelques lettres, rédigées par la seule assistante sociale rattachée au Palais : Melle Rouvat.
Publié dans
Fragments du monde

par Soaz Jolivet

14 octobre 2018
Récits sensibles autour d’un graffiti


Le graffiti est massif. Il remplit le mur. En nuances de noir et de gris, il contraste avec l’herbe grasse que jonchent de vieilles palettes de bois fracassées.

| 1 | 2 | 3 |