• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.




Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers
Université buissonnière




Sociologie(s) publique(s) ?




Projet chômage




Des récits de papier aux récits 2.0




Dernières publications


Publié dans
Fragments du monde

par Peraldi Michel

12 mai 2022
Retour au quartier


Il fait un de ces temps d’hiver magnifiques, calmes et ensoleillés malgré le froid plutôt vif. Depuis cette sorte d’esplanade qui longe la cité et dessert le centre commercial proche, on a une vue époustouflante sur la baie, les îles au large et les calanques au Nord, un bout des espaces portuaires et le terminal aux croisières juste en-dessous. Nous sommes (re)venus à la cité B pour retrouver N. que nous poursuivons de nos demandes d’entretien depuis quelques mois. Aujourd’hui il est enfin là.
Photographies : Didier Bonnet.
Publié dans
Lectures buissonnières

par Murard Numa

12 mai 2022
La franchise du salaud (A propos de Louis-Ferdinand Destouches, dit Céline)


Céline est bien reconnu comme un des champions de l’antisémitisme en paroles et aussi en actions (https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2013-1-page-285.htm) mais il n’a pas été suffisamment souligné, selon moi, que chez l’écrivain la haine des pauvres ne le cède en rien à la haine des juifs. C’est pourtant un exemple éclairant de la triste vérité selon laquelle la connaissance des uns se paie du mépris des autres, tel Ulysse qui bénéficie du privilège d’écouter et de voir les sirènes à condition que les équipiers de son Odyssée obéissent à l’ordre donné de se boucher les yeux et les oreilles.
Publié dans
Lectures buissonnières

par Laé Jean-François

1er mai 2022
William Acker, Où sont les “gens du voyage” ? Inventaire critique des aires d’accueil. Éditions du Commun, 448 p.


2019, Rouen, l’usine Lubrizol classée Seveso brûle. Aux bords de la Seine, on s’affole. La préfecture enquête. Les jours passent dans les vapeurs chimiques. Les fumées s’étendent jusque dans les cultures au nord. C’est la poisse, ces nuages noirs particulièrement dangereux. Les paysans protestent. Ils seront indemnisés. Quinze jours passent, l’actualité aussi. Les zones industrielles à risque sont bien surveillées, dit-on. Il n’y a pas d’habitation près des usines Seveso, entourées d’autoroutes, de voies rapides ou ferrées. Tournons la page. William Acker, lui, ne la tourne pas. Il sait que 30 caravanes, où vivent 25 familles, étaient collées à Lubrizol.
Publié dans
Fragments du monde

par Duclos Mélanie

1er mai 2022
Au départ je voulais pas partir


Ce texte est une fiction, née de la rencontre entre Adam, immigré égyptien, et Mélanie, alors étudiante en socio-anthropologie, devenus amis au fil du temps. Une fiction née des nombreux échanges où, dans les rues de Paris, Adam partageait à Mélanie ses épreuves, ses réflexions, ses souffrances et ses espoirs. Et d’un voyage au Caire où il l’a invitée. Née finalement du désir de transmettre quelque chose à quelqu’un de cette expérience partagée, sous la forme donc d’une fiction si étroitement liée à la réalité, d’une fiction traduction des mots de l’un, et de sa langue, qui s’entrecroisent à ceux d’une autre, pour faire passer un message.
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Nakan K.M. Sangare

4 avril 2022
En quête d’identité au sein d’une famille polygame


« Attention monsieur ! Hé pardon jeune homme !! Oh la la, faut quitter là ! Vous gênez le passage là ! » (dans un français approximatif). Cible d’injonctions et de gueulantes, je finis par comprendre que je gêne le passage, au temps pour moi. Nous sommes au mois d’octobre 2021, en un mois d’automne plutôt doux, mais tout de même pluvieux, raison pour laquelle je décide de me mettre à l’abri de la pluie en « squattant » le porche d’entrée de l’immeuble d’un foyer de travailleurs immigrés originaires d’Afrique de l’Ouest pour la plupart. C’est à cet endroit-là que j’ai rendez-vous avec Sidi Bekaye, communément appelé Sidi.
Publié dans
Écritures ordinaires

par Véronique Labrot

14 décembre 2021
Quand le cadrage fera fleurir les étudiant.e.s pro-torture et pro-peine de mort…

Dans cette lecture, Véronique Labrot, nous montre comment l’Université pourrait, en faisant le choix de réduire les heures d’enseignement dans les formations, imposer un tri entre des enseignements qui seraient « utiles » et d’autres non. L’université pourrait alors, par là, notamment contribuer à une perte de chance d’une part de former les étudiant.e.s à la prise en compte des droits humains et d’autre part de rompre le silence face aux volontés de détricoter les Droits de l’Homme. En partant d’une interpellation d’un-e étudiant-e, elle nous invite à réfléchir au rôle de l’Université.
Publié dans
Lectures buissonnières

par Jean-François Laé

8 décembre 2021
Les résistances de l’enquête


Les éditions Anacharsis (clin d’œil à ce philosophe grec soupçonné de vouloir renverser les mœurs) nous ont habitués à regarder autrement ce qui se passe en terre étrangère. Notamment avec leur collection « Les ethnographiques », qui invite à voir d’un autre œil le quotidien des archives départementales, quand Anne Both joue avec le stocker, trier, jeter, classer.
Ou à entendre les pensées clandestines d’un voleur livrant ses stratégies à Myriam Congoste, dans Le vol et la morale. Autant dire que le choix éditorial va vers les aventures des borderlands, ceux qui marchent sur les frontières, jouent sur les bords, tirent le sens vers des zones inconnues. Cette fois, avec Le mystère de la cagoule de Colette Milhé, c’est d’une enquête dans l’enquête qu’il s’agit.
Publié dans
Fragments du monde

par Miriam Bovi

30 novembre 2021
Ma Lampedusa


Lampedusa est une île sicilienne proche de la Tunisie. C’est la Porte Sud de l’Europe, une zone de passage pour les personnes qui n’ont pas d’autres choix que de partir sur un bateau de (mal)chance, risquant leur propre vie. Je passe un mois ici, pour ma recherche-action, en tant que bénévole pour le projet d’accueil, monitorage et mémoire de Mediterranean Hope. La lecture vous en dira plus...
Publié dans
Sociologie narrative ?

par Sophie Hellégouarch

28 novembre 2021
Saisir et dire les manques. Captation auditive, on et off, de vie de joueurs.


Ces fragments du quotidien, recueillis à travers des casques et des micros, illustrent la mobilisation des sens et des affects dans le but de retranscrire et mettre en récit plusieurs voix par l’intermédiaire d’une seule, et par là, interroge le passage à l’écriture.
Publié dans
Sociologie narrative ?

par

11 juin 2021
Sociologie narrative : des récits de papier aux récits 2.0


A l’occasion du congrès annuel de l’Association des sociologues de langue française, l’Atelier de sociologie narrative a tenu sa deuxième Université d’été à Brest les 1er et 2 juillet 2021 sous la forme d’ateliers participatifs et de débats. Ci-dessous l’affiche de l’événement, le programme complet et un film vidéo "Sociologie narrative en images" qui illustre le travail collectif.
Publié dans
Lectures buissonnières

par Christian Laval

10 juin 2021
Nos vies en jachère. La République du Coronavirus


En mars 2020, à l’occasion du 1er confinement, un appel à écrire est lancé par Christian Laval, membre du Let-Know Café. De mars à juin, les textes tombent. Ils sont courts, narratifs, poétiques, politiques. Ils discutent et critiquent l’épreuve collective de la pandémie et du confinement. Tous sont retenus et publiés tels que livrés.
Publié dans
Fragments du monde

par Mélanie Duclos

12 avril 2021
Le procès d’Emile


Quelques photographies dans l’album jauni de l’arrière-grand-mère, deux tous petits tableaux, l’un chez la grand-mère, l’autre chez la tante, c’est tout ce que nous avons de lui. Arrière grand-oncle communard, il nous intrigue, et avec lui, l’histoire d’une époque et celle d’une famille. Alors nous cherchons d’autres traces. Une archive, un récit. C’est notre idée, notre exercice. Rester, pour commencer, au plus près de l’archive pour lui faire dire, par elle-même, tout ce qu’on trouve à lui faire dire. Il sera temps plus tard de coller les morceaux. Des lettres, un carnet à dessin, quelques coupures de presse… ici, le dossier du procès.
Publié dans
Lectures buissonnières

par Laurent Aucher et Danielle Champion

12 avril 2021
Récits d’anciens metallos (Vierzon, 1996)


Une enquête de Laurent Aucher et Danielle Champion : L’ouvrage Récits d’anciens métallos, vient de paraître chez l’Harmattan et amène à s’interroger sur ce qu’a été la condition ouvrière et sur ce qui subsiste de cette identité collective. Avec les extraits de deux entretiens auprès des "Métallos d’hier".
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Ruishu Xiang

2 avril 2021
Une étudiante chinoise vivant en France pendant le COVID-19


Ce texte a été écrit dans le cadre d’ateliers d’écriture proposés en 2ème année de sociologie. L’autrice nous raconte son expérience en tant qu’étudiante chinoise lors du début de la pandémie du Covid-19, préoccupée de la situation de ses parents restés en Chine, ainsi que pour son propre quotidien en France.
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Bastien Laurent

2 avril 2021
La mise à mort des corps et des esprits

Ce texte a été écrit dans le cadre d’ateliers d’écriture proposés en 2ème année de licence de sociologie. L’auteur, qui a 21 ans, nous raconte en mobilisant tous ses sens, les odeurs, les codes couleurs, l’ambiance d’un abattoir, et se demande finalement : pourquoi ?

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |