• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.


Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers




Sociologie(s) publique(s) ?




La lettre de l’Atelier

Révolution dans la sociologie narrative ! (Lettre d’information N°17)

Bonjour,

Après une année de silence, l’Atelier de sociologie narrative revient avec une nouvelle équipe élargie, un nouveau site embelli, des nouvelles rubriques pour un plus grand plaisir de lecture. Et d’écriture pour celles et ceux qui veulent collaborer, car l’esprit de l’atelier reste le même et les propositions bienvenues.

Pour fêter ça comme il se doit, voici des textes, des images et du son :

- Le ciel vu des cales, un récit en bande dessinée avec les textes de Nicolas Leroy et les images de Damien Roudeau, sur le travail à bord du Molenez, « Le bateau des balèzes », qui fait le fret entre les îles du Finistère et le continent (Avec l’aimable autorisation de la revue Casiers). Dans la rubrique Autour du travail.

- Une fille en correction, les bonnes feuilles d’un ouvrage de Jean-François Laé, soit la sociologie narrative d’une correspondance entre une mère célibataire et son assistante sociale du tribunal, où se révèle le pouvoir de la maternité sociale qui s’exerce sur les corps déviants. Dans la rubrique Lectures buissonnières.

- Faire connaissance(s). Pour une curiosité d’utilité publique. Par Annick Madec, Sylvie Monchatre et Pinar Selek, qui proposent de changer le substantif de l’étiquette " la sociologie publique" : « Si l’on adopte le substantif "la curiosité" en lieu et place de "la sociologie", on déplace bien des frontières. On est alors dans l’hospitalité... » (Avec l’aimable autorisation de la revue Agencements). En illustration de cette réflexion, un film de présentation de la rencontre « Écritures scientifiques, écritures artistiques », monté par Mélanie Duclos. Dans la rubrique Sociologie narrative.

- Les voisins. Avec Claude Solimen, Un an et demi, et Le voisin d’en face, Au jour le jour. Dans la rubrique Écritures ordinaires.

- Dans la série Une photo, un commentaire[, trois sujets exposés au regard : Cheval en joue, Cannibalisme, Le changement, c’est encore maintenant. Dans la rubrique Images et sons.

- Pour en finir avec la question de la théorie, par Numa Murard, persuadé que la polémique ne cessera en fait pas. Dans la rubrique Sociologie narrative.

- Une oreille au tribunal. Par Jean-François Laé. Un montage de six minutes ( par Livia Velpry) à partir de conversations à la sortie du Tribunal de Bobigny. « Je vais régulièrement au tribunal de Bobigny depuis quinze ans : audience pour présence illégale sur le territoire, pensions alimentaires non payées, parenté accompagnante et tribunal pour enfant. Évidemment il s’y passe toujours des choses inattendues... ». Dans la rubrique Images et sons.

- Et pour bientôt le lancement de la rubrique « Ecrits d’étudiants » (On peut déjà lire des contributions plus anciennes) avec des groupes de Rennes 2, de l’Université de Bretagne Occidentale et de Paris Diderot - Paris 7.

Au courrier, une réaction de Claudia Girola à notre dernière publication, Johnny et les sciences sociales : « J’avais écrit une petite réaction à la mort de Johnny... sans aucune prétention socio-littéraire (j’étais au lit avec une grippe ), c’était ne pas laisser passer ce quotidien d’un événement ..... mais pas de réaction des sociologues, ils sont toujours si attachés au social institutionnel, aux rationalités hégémoniques que bien sûr Johnny passe à l’as... trop ringard pour leurs sensibilités "scientifiques". A la fac, un silence étonnant...Ce n’est pas sérieux... Je vois que vous n’avez pas oublié cet événement. Merci ».

Parmi les ballades estivales de nos lecteurs et lectrices, la visite de la maison natale d’Albert Londres, dans le vieux Vichy, à l’écart du quartier des sources où s’épanouirent les fastes et les crapuleries impériales, collaborationnistes et coloniales. Maison des fantômes (copie d’une maison XVIII° siècle avec ses tourelles) des relégués du bagne de Cayenne et des autres enquêtés du grand reporter, ancêtre revendiqué de la sociologie narrative au même titre que Jack London et bien d’autres. Pour tout savoir sur la maison et ses animateurs passionnés, suivez le lien.

Au fait on profite de l’occasion pour vous dire que tous les articles passés et actuels de l’atelier sont dans la rubrique Archives avec un index des titres et des auteurs.

Nous attendons vos contributions. Choisissez votre rubrique et contactez directement les responsables dont les coordonnées figurent dans la rubrique Contact.

La citation du jour :

« Pour cette fois, mon coeur éclaira ma raison. Je voudrais en conclure que toujours on doit se gouverner sur les lumières du coeur. Ce serait la morale de cette histoire ; les âmes tendres s’en délecteraient. Mais il faut dire la vérité au risque de déplaire. Le coeur se trompe comme l’esprit ; ses erreurs n’en sont pas moins funestes et l’on a plus de mal à s’en défaire à cause de la douceur qui s’y mêle. »
Anatole France, Le petit Pierre, 1908, Oeuvres IV, « La Pléiade », Gallimard, 1994, p.855.

Et comme c’est un jour exceptionnel, il y a une deuxième citation :
"Dans un poème ou dans un conte, le sens n’importe guère ; ce qui importe, c’est ce que créent dans l’esprit du lecteur telles ou telles paroles dites dans tel ordre ou selon telle cadence".
Jorge Luis Borges , Préface à Oeuvres I, « La Pléiade », Gallimard.

Si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d’information, signalez-le nous en répondant à ce message par un simple STOP. Mille excuses à celles et ceux qui n’ont pas été enlevé-e-s de la liste la dernière fois, merci de réitérer votre souhait.

L’Atelier