• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.


Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers




Sociologie(s) publique(s) ?




Dernières publications


Publié dans
Fragments du monde

par Claude Solimen

30 septembre 2018
Adam, Sans-Papiers

Avant/Après. Deux photos du même homme. Adam. A quelques quatre ans d’intervalle. La première date du jour de notre rencontre. Un jour d’avril en 2010...
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Charline Branly

30 septembre 2018
Les déclassées classeuses

Habiter un quartier de logements sociaux offre peu d’intimité. Les logements construits dans l’urgence de l’après-guerre laissent place à la promiscuité. Aussi, la vie des habitants est rythmée par un quotidien savamment mis en scène. C’est sur ce sujet que nous aimerions écrire quelques mots...
Publié dans
Autour du travail

par Jean-François Laé

30 septembre 2018
D’assez près, on le voit (1). "Toi, tu fermes ta caisse !"

Elles sont arrivées toutes les trois. Les deux soeurs et Hélène. Elles disaient qu’à Creil elles ne trouveraient pas de travail. L’une redoublait son Bac STG, l’autre l’avait obtenu, Hélène deux années à ne rien faire. Qu’auraient-elles pu faire avec ça ?
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Incognita

30 septembre 2018
Etudiante ou serveuse ? Le voyage à Paris

Au fur et à mesure que la soutenance de notre mémoire se rapprochait, mon copain et moi, qui fréquentions la même fac de philosophie en Italie, on parlait de plus en plus fréquemment du manque de perspectives qui se présentaient pour nous dans notre pays après les études, du sentiment de fermeture et du provincialisme que l’ambiance académique nous faisait ressentir. Mais surtout de l’envie qu’on avait de continuer nos études à l’étranger, de nous enrichir par l’apprentissage d’une façon, pour nous nouvelle, de vivre la philosophie, d’apprendre le français…de connaître Paris...
Publié dans
Fragments du monde

par Sophie Lamotte

30 septembre 2018
Histoires d’école. La manière forte

Une des enseignantes en a les larmes aux yeux. Plantée là, devant le tableau en liège, au milieu des affiches format A4 présentant les règles de la photocopieuse et le programme de l’atelier théâtre, elle découvre les photos d’une pièce disloquée, entre fissures et moisissures, trous et larges copeaux de peintures. Il y a la rouille, il y a les fenêtres démontées et des rideaux agrafés, des vêtements soigneusement pliés et des bassines en plastique fondues sur les bords.
Publié dans
Fragments du monde

par Annick Madec

30 septembre 2018
Au nom du père (In memoriam : Johnny et les sciences sociales)

Johnny, c’était son idole. Il ne connaissait pas Higelin. Il ne savait pas que lui aussi était amoureux d’une cigarette. Lui, il n’aimait pas les roulées. Il était aux Gauloises. Beaucoup de Gauloises et depuis longtemps. Elles avaient bien roussi sa moustache. Une moustache de Gaulois, bien sûr...
Publié dans
Autour du travail

par Myriem

29 septembre 2018
Sexual healing

J’ai failli vomir en délaçant le jogging bleu Adidas de Louis. Un genoux à terre, lui debout, je faisais glisser, d’un geste machinal, le molleton sur ses hanches. Mais, alors que je découvrais ses jambes droites comme des piquets, c’est venu....
Publié dans
Écritures ordinaires

par Khédéja

29 septembre 2018
L’enterrement de mon mari

En France pour mon mari on a fait comme en Algérie. Il est mort le jeudi. Il a été enterré samedi après midi. Il y avait les enfants, la famille, les amis, les ouvriers de la mairie de toutes les origines...
Publié dans
Sociologie narrative ?

par Jean-François Laé, Annick Madec et Numa Murard

27 septembre 2018
La possibilité d’une sociologie narrative

Depuis longtemps, nous cherchons et produisons des formes pour partager différentes expériences sociales et différentes perceptions du social. Car la perception précède la conception, le percept précède le concept, et même s’ils s’enchaînent mutuellement, en un cercle, ce cercle (le cercle herméneutique) n’est pas un cercle fermé...
Publié dans
Images et sons

par Numa Murard

17 septembre 2018
Une photo, un commentaire : Le changement, c’est encore maintenant

Publié dans
Lectures buissonnières

par Numa Murard

7 septembre 2018
Michel Verret, savant ami de la classe ouvrière, penseur agile

Pour comprendre la société française d’après-guerre, il fallait connaître ses deux piliers : la paysannerie et la classe ouvrière. Pour les paysans, il y avait Mendras ; pour les ouvriers, Verret. Et c’est le premier qui permit au second...
Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Sophie Hellegouarch

7 septembre 2018
Pensée fragmentée pour corps morcelé

corps. des doigts tordus, déformés professionnellement, mon corps se plie aux exigences de l’organisation intériorisée du travail. gestes mécaniques, répétitifs, usant, abusant de mon être. mon corps ne m’appartient plus, il existe pour quatre-vingt dix minutes quotidiennes, s’active involontairement...

| 1 | 2 |