• Sociologie narrative ?
    • Ne faut-il pas imaginer de nouvelles formes, une façon de sociologiser dans et par la narration ?
  • Lectures buissonnières
    • Pour reconstituer le trésor perdu de la littérature du réel. Vous avez rendez-vous avec certains livres mais vous ne savez pas qui ils sont.
  • Images et sons
    • Cette rubrique entend s’interroger sur ce que nous voyons et ce que nous entendons lors de nos enquêtes, ce qui nous frappe l’esprit parce que « ça nous regarde ».
  • Archives
    • Tous les textes publiés sur le site classés par titre et noms d’auteur(e)s. Le début d’un thésaurus à enrichir au fur et à mesure des nouvelles productions.


  • Fragments du monde
    • Penser et comprendre, voilà l’affaire de « Fragments du monde », de celles et de ceux pour qui s’enquérir a plus d’importance que de prononcer 
  • Récits d’étudiant-e-s
    • Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent...
  • Écritures ordinaires
    • Les écritures ordinaires, celles qui ne sont pas publiées ou publiables, que l’on partage ou pas, que l’on peaufine ou pas, trouvent dans cette rubrique une place centrale
  • Autour du travail
    • Mettre en commun nos expériences et nos observations en rapport avec le travail, qu’il s’agisse d’activités salariées ou non, pour interroger collectivement ce qu’il est au quotidien.




Liens
Maison Albert Londres
Dire le travail
Non fiction
Agencements
Casiers
Université buissonnière




Sociologie(s) publique(s) ?




Projet chômage





Récits d’étudiant-e-s

Étudier, pratiquer, les sciences humaines et sociales, pas seulement pour avoir une note, un diplôme, mais comprendre le monde, les mondes qui nous entourent, en décrivant, en racontant, ses propres mondes et ceux des autres, par l’écrit, le dessin, la photo, le son ou la vidéo…

0 | 10

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Morgane M.

20 juin 2020
Lettre à ma mère


Ma sœur m’a dit qu’elle ne voulait pas devenir une femme énervée. Puis elle a rajouté que la colère était quand même sans doute légitime. Moi je suis cette personne énervée, et je ne vais pas me taire pour votre plaisir, je ne vais pas me taire parce que ma colère vous dérange.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Par Léa Jaspierre

7 juin 2020
Journal collectif 13. "Quotidien confiné"


En prenant du recul en ce 21ème jour de confinement, je réalise qu’il n’est pas uniquement source de vide extrême sans activité. Je réalise que j’ai pu continuer à m’ouvrir aux choses. Il s’agit alors de s’organiser autrement, quand cela est possible. Je sais que ma situation n’est pas universelle, je me rends bien compte du privilège d’avoir le choix de rester chez soi.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Emma Durand

10 avril 2020
Journal collectif 11. Compétition unique


Je pratique le sauvetage sportif depuis maintenant 7 ans et 3 ans à haut niveau à Rennes, piscine de Bréquigny, natation en piscine et en mer (côtier). Ce sport est peu connu mais il se pratique à haut niveau lors de compétitions, régionales, nationales et internationales. Chaque année, il y a des objectifs différents, précis qui sont calculés et mis en place, jour après jour. Les échéances dans le sport sont ce qui permet de nous faire tenir à l’entraînement. 20h d’entraînement chaque semaine en parallèle des études, c’est un choix de vie, pleinement assumé.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Louise Chapas Marin

9 avril 2020
Journal collectif 10. Une si fragile hospitalité


Chaque lundi, depuis plusieurs mois maintenant, un petit groupe de jeunes bénévoles se regroupent sur le parvis de la gare de Lyon afin d’offrir une hospitalité alimentaire de manière clandestine... Depuis quelques jours avant ce lundi soir, des messages de doute et d’inquiétude apparaissent dans la conversation du groupe de bénévoles... A mesure que les aiguilles tournent sur le cadran de la montre, les personnes se désistent de leur engagement...

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Louise Vallet

3 avril 2020
Journal collectif 9. Tendrement confine.e.s


Et c’est là que j’ai commencé à avoir vraiment peur. On s’adapte. On se révolte, on craint, on a peur, on partage. Et on s’habitue. On force nos corps à rentrer dans ces petites boîtes d’appartements. Au début c’est dur, ça fait mal, au dos, aux jambes, au cœur. Et puis ça passe...

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Claire Salem

28 novembre 2019
Essai de sociologie narrative


Qui aurait pu s’intituler : essai d’ethnographie ironique. "Tu fais quoi dans la vie ? - Une thèse en anthropologie. - Ha, t’étudies des tribus ? - Non, je travaille sur le quartier Simonin, dans le dix-huitième arrondissement. - Je viens d’emménager juste à côté ! C’est vraiment trop cool le dix-huitième, ça donne l’impression de voyager. Tu connais le Compost ? C’est super stylé comme endroit, en plus la bouffe est bio, local, tout ça". Sur le modèle de cet extrait, le dix-huitième arrondissement est décrit comme donnant « l’impression de voyager ». Face à des populations dîtes « précaires » et « issues de l’immigration », ces nouveaux habitants manifesteraient une sorte de fascination pour le populaire et l’étranger. Se pourrait-il, qu’à mon tour, je fasse un terrain « exotique » ? Ces remarques ne sont en tout cas pas sans rappeler les origines coloniales de ma discipline.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Philippe Ayrton, Candice Desprez, Sandra Gornouvel, Seongwoo Kang & Pénélope Protat

8 juillet 2019
Fac après Bac

Les présents textes ont été écrits dans le cadre d’un cours d’expression française commun à tou-te-s les étudiant-e-s de première année. Le but originel était de leur donner l’occasion d’écrire en dehors des normes universitaires qui peuvent parfois agir comme autant de camisoles intellectuelles et créatives. La seule consigne donnée était le sujet : écrire sur leur passage entre lycée et université. Néanmoins, c’est avec plaisir que certain-e-s se sont affranchi-e-s de celles-ci pour décrire les difficultés rencontrés l’année précédente. D’un simple exercice d’écriture, iels en ont fait un véritable projet étudiant en faisant de ce recueil de textes une sorte de "manuel de survie" à distribuer aux futur-e-s étudiant-e-s prouvant, si cela était nécessaire, qu’iels ne manquent pas d’envie, de motivation ou d’idée lorsque le plaisir n’est pas sacrifié sur l’autel de la pédagogie. 

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Maxence Hector, Angélique Naël & Mamadou Oury

8 juillet 2019
Les trois "Je"

"Être trans", "Parcours d’immigré", "Volcan des consciences" : Trois « je » nous sont offerts dans ces trois travaux des étudiants de sociologie de l’université Rennes 2. Le premier est celui d’un récit de famille qui interroge les formes de réception de la transexualité dans l’univers familial proche. Le second est un « je » mosaïque reconstruit à partir des expériences racontées par des jeunes migrants guinéens et les points les plus saillants de ces parcours sont rapporté dans ce récit à la 1ère personne. Le dernier « je » est celui d’un « qui suis-je ? » et raconte comment les événements de vie construisent la conscientisation de son parcours.Trois textes bien différents mais tous écrits à la première personne par des étudiants qui ont choisi de publier leur texte en leur nom.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Nolwenn & Klervi

8 juillet 2019
Maisons

Aller « sur le terrain », décrire, interroger, discuter pour tenter de comprendre, dire et écrire les mondes sociaux. C’est à cette expérience que se sont prêtées Nolwenn et Klervi qui sur le mode du récit, nous font part ici de ce qu’elles ont vu, entendu, compris, pensé comprendre de cette « maison pour les femmes » qu’elles ont découvert cette année. Récits à la première personne et morceaux de récits de vie, récits descriptifs ou hypothétiques, récits analytiques, ancrés toujours dans l’expérience du chercheur en train de chercher et de celle des personnes rencontrées.

Publié dans
Récits d’étudiant-e-s

par Morgane Marc

30 septembre 2018
Rage de meuf

Un samedi d’hiver, relativement nuageux. Il est 18h et je vais bientôt commencer à nettoyer les vitrines remplies de viennoiseries collantes et suintantes. Mais pas avant 18h30, sinon Magalie ou le patron vont me capter aux caméras..